Mars Bleu : le cancer colorectal, un mois pour briser les tabous !

Souvent tu par crainte du regard des autres, le cancer colorectal touche chaque année plus de 40 000 nouvelles personnes. Un chiffre qui en fait la troisième forme de cancer chez l’homme et la seconde chez la femme. Pourtant, détecté précocement il se soigne bien.

Afin de briser les tabous, les différentes associations de lutte contre le cancer colorectal participent à Mars Bleu, une vaste campagne de sensibilisation au dépistage de la maladie.


Le cancer colorectal, une affection fréquente

Le cancer colorectal est une maladie qui touche le côlon ou le rectum, la dernière partie du gros intestin. Particulièrement pernicieuse, la maladie peut rester en latence pendant des années - jusqu’à une décennie parfois - avant de véritablement se manifester. Ses symptômes, souvent considérés comme bénins ou attribués à une autre cause, doivent pourtant faire l’objet d’une attention particulière, a fortiori chez les 50 - 74 ans. Des symptômes qui se caractérisent par une constipation soudaine, une diarrhée qui se prolonge ou des vomissements.

Mais les manifestations les plus typiques du cancer du côlon restent la présence de sang dans les selles ainsi qu’un aspect anormal (généralement plus longues et plus minces). C’est alors là le signal infaillible : il faut consulter rapidement un hépato-gastroentérologue pour faire des analyses. En effet, détecté à ses prémices, le cancer colorectal se soigne dans 9 cas sur 10. Et, bien qu’il fasse partie des maladies dont on ne parle pas parce que trop intime, se taire peut être fatal puisqu’il est considéré comme le deuxième cancer le plus meurtrier. Aussi, afin de démystifier la maladie, l’entreprise de santé Roche a choisi le rire en créant un blog « Moi Robert ». Une plateforme vidéo humoristique et efficace qui parle sans détour du cancer du côlon.

Mars Bleu : sensibiliser au dépistage du cancer colorectal

Le blog de Robert fait partie d’un mouvement plus général de sensibilisation au cancer colorectal : Mars Bleu. Depuis 2004, le troisième mois du calendrier est en effet consacré aux multiples initiatives destinées à inciter la population senior à se faire tester. La Ligue contre le Cancer est ainsi l’instigatrice pour la septième année consécutive du Côlon Tour®, une opération itinérante et ludique réalisée en partenariat la SFED (Société Française d'Endoscopie Digestive). Son objectif ? Grâce à une immense structure gonflable de 12 mètres de long représentant l’intérieur d’un côlon, la Ligue souhaite informer et éduquer la population sur l’importance du dépistage :

« […]   Notre tour de France permet de renvoyer une véritable image « positive » du dépistage du cancer colorectal et de « démystifier » l’approche de cet organe qui est un organe comme un autre  »
déclare fièrement Jacqueline Gaudet, présidente de la Ligue contre le cancer.

Un Côlon Tour® qui gagne, depuis sa création, toujours plus de terrain avec plus de 100 000 visiteurs sur près de 400 villes parcourues. De son côté, le Conseil National Professionnel d’Hépato-Gastroentérologie (CNPHGE) réitère pour la neuvième année son « Colondays », dont un des partenaires est la fondation ARCAD (Aide et Recherche en CAncérologie Digestive). Du 7 au 14 mars, des hépato-gastroentérologues des quatre coins de l’Hexagone proposent d’informer les patients qui le désirent sur le cancer du côlon. Si les huit premières éditions se tenaient sur une seule journée (expliquant le titre de l’opération), cette année le CNPHGE a décidé de prolonger le mouvement sur une semaine. La « faute » au succès indéniable de l’opération qui s’accompagne en 2017 d’un slogan percutant : « Attention vous êtes peut-être assis sur un cancer ».

Le cancer colorectal, un auto-dépistage facile

Des initiatives ambitieuses rendues possible grâce au dépistage de plus en plus performant du cancer colorectal. Destiné aux personnes présentant un risque moyen - c’est-à-dire simplement lié à l’âge - le test immunologique s’impose comme un procédé efficace d’autodiagnostic. Simple et rapide, il permet de déceler jusqu’à 2,5 fois plus de cas et 4 fois plus d’adénomes (lésion précancéreuse) que son prédécesseur. Disponible depuis le second semestre 2015, cette méthode de détection du cancer du côlon est destinée à repérer d’éventuelles traces de sang dans les selles et ainsi permettre une prise en charge thérapeutique rapide.

Remis par votre médecin traitant, il est pris en charge à 100% par la Sécurité sociale et doit se pratiquer tous les deux ans pour les seniors entre 50 et 74 ans. Seule la consultation de votre généraliste - à hauteur de 30% - est à vos frais si vous n’avez pas souscrit de complémentaire santé. Particulièrement fiable, le test immunologique peut être suivi d’une coloscopie si les résultats qu’il apporte présentent un quelconque doute.

Asseyez-vous sur les préjugés concernant le cancer colorectal et participez aux opérations du Mars Bleu !