Allergies et mutuelle: c’est de saison.

Allergie pollen: remboursement mutuelle
C'est parti: les arbres se réveillent, bien avant la date de printemps officielle, le 20 mars 2011. Mutuellement, certains s'aperçoivent de l'arrivée officieuse des beaux jours avant tout le monde. Nez qui gratte, yeux qui pleurent et autres symptômes... de l'allergie aux pollens! Annonciatrice de la belle saison, l'allergie est d'abord source de grand inconfort, voire de handicap, pour ceux qui y sont sujets. Petit tour d'horizon: symptômes, précautions, traitements, prise en charge par l'assurance complémentaire...

Que prend en charge la Mutuelle?

Tout dépend du type d'allergie, des examens nécessaires pour la diagnostiquer et des traitements, qui varient d'une personne à l'autre. Des médicaments classiques, aux traitements homéopathiques, en passant par la nourriture spécialisée: toutes les dépenses ne sont pas forcément remboursés, ni à la même hauteur, que ce soit par l'Assurance Maladie, ou par votre Mutuelle. Si l'allergie fait partie de votre quotidien, nous vous conseillons de comparer les conditions des contrats d'assurance complémentaire, pour trouver la meilleure mutuelle dans votre cas.

Allergies: qu'est-ce que c'est?

Tout d'abord, précisons qu'il n'existe pas une allergie, mais des allergies, et à différents facteurs (agents allergènes). Principalement des agents externes: pollutions, aliments, pollens, poils de chats, produits chimiques, médicaments, et même lumière ou rayons solaires comme en témoigne le sujet du dernier film "La permission de Minuit", de Stéphane Brizé, avec Vincent Lindon. Selon le type d'allergie, le type de symptômes et leur gravité, la prise en charge ne sera évidemment pas la même.

Deux types d'allergies

Il existe deux catégories d'allergies: l'allergie immédiate (prédisposition génétique), et l'allergie retardée (dont font partie les allergies de contact). Le site de l'assurance maladie explique ces allergies. Le sujet est très vaste. Ce dossier article du comparateur de mutuelle ne traitera que des allergies liées aux pollens.

Les allergènes

De façon générale, ce sont les agents qui provoquent les réactions allergiques de l'organisme à leur contact. Les allergies aux pollens quant à elles sont provoquées par certaines plantes, qu'il faut déterminer: platane et cyprès sont les plus connus. D'autres personnes peuvent être sensibles aux ifs, qui provoquent l'apparition de grains de beautés en nombre. Ou même au parfum des roses, etc.

Examens préalables

Outre l'interrogatoire permettant de déterminer les agents potentiels de l'environnement du patient, des tests de sensibilité sont pratiqués pour déterminer ceux auxquels le sujet est sensible. Notamment des tests cutanés, les pricks-tests: des micro-piqûres sur la face antérieure de l'avant-bras font entrer l'allergène dans la peau. Si le test est positif, un petit bouton façon piqûre de moustique apparaît. Cette technique est privilégiée pour les jeunes enfants. Dans certains cas, on fera aussi des tests sanguins, des tests de provocation, des tests respiratoires...

Qui peut être allergique?

N'importe qui peut développer une allergie "retardée": elle se manifeste au cours de la vie, suite à la soumission répétée à certains allergènes, ou à une combinaison de facteurs, allergène + pollution par exemple. Si vous êtes allergique à un agent, vous pouvez développer, avec le temps, d'autres allergies à des agents chimiquement proches, ou devenir plus réactif. D'où l'importance de prendre au sérieux les manifestations allergiques dès le début, pour garder le contrôle autant que possible.

Les dépenses de santé liées aux allergies

Diagnostic et remboursement mutuelle

En premier lieu, il faudra diagnostiquer le type d'allergie auquel la personne est sujette: les agents allergènes, le niveau de réactivité. Un diagnostic précis pourra être établi par un ou plusieurs médecins compétents: médecin allergologue, pneumologue allergologue... Votre médecin traitant vous dirigera. Le patient supposé allergique subit une batterie de tests pour déterminer le ou les allergènes, et le niveau des réactions déclenchées. Réactions allant du banal symptôme (yeux qui piquent, nez qui coule...), jusqu'aux réactions plus handicapantes comme l'asthme, ou certaines pouvant être mortelles comme l'œdème de Quincke. Ce n'est qu'à partir du diagnostic précis, que le traitement peut être déterminé. Le remboursement des examens est pris en charge en partie par l'assurance maladie, et en partie par votre mutuelle santé. En particulier pour le remboursement des actes et consultations de spécialistes. Vérifiez-le auprès de votre mutuelle ou de votre assurance complémentaire santé.

Traitement et remboursement mutuelle

Il existe de nombreux facteurs allergènes. Logiquement il existe plusieurs traitements. D'autant plus que chaque patient est unique face à son allergie: les réactions sont propres à chaque organisme, et évoluent individuellement. Un traitement peut s'avérer très efficace pour certains, peu, voire pas du tout pour d'autres. Enfin, les traitements dépendent des réactions allergiques développées: un nez qui coule ou des yeux qui piquent ne se soigne pas comme une crise d'asthme aigüe. Il existe des traitements avec des médicaments en médecine classique (alopathie), ou en médecine douce (homéopathie, acupuncture, phytothérapie...). Là aussi, le remboursement complémentaire par la mutuelle varie selon les contrats d'assurance santé: comparez-les.

Désensibilisation et remboursement mutuelle

Il existe des traitements préventifs de l'allergie au pollen: on parle de désensibilisation aux allergènes. Ils ne sont pas toujours efficaces à 100 %, mais lorsqu'ils fonctionnent sur un patient, ils améliorent très notoirement son confort de vie, en réduisant sa sensibilité. Là aussi, comparez les mutuelles pour connaître les remboursements possibles, car l'assurance maladie ne rembourse pas grand chose. Certaines assurances complémentaires santé prennent en charge l'homéopathie ou les médecines douces.

Précautions pour limiter les allergies

Si vous êtes allergique aux pollens, des précautions quotidiennes vous aideront. Les pollens étant des micro-particules, elles s'infiltrent et se fixent aisément un peu partout. Les précautions, d'ordre pratique, s'appliquent facilement, et ne nécessitent aucune dépense: pas besoin de comparer les mutuelles. Lorsque vous sortez:
  • le port de lunettes limitera les symptômes des yeux,
  • le port d'un masque filtrant, à la façon des japonais, peut protéger vos voies respiratoires,
  • des vêtements longs et des gants protègent la peau,
  • portez un foulard, un chapeau ou les cheveux attachés.
De retour au domicile:
  1. Avant de faire quoi ce soit, changez de vêtement, secouez en extérieur ceux que vous portiez. Si quelqu'un peut le faire à votre place, c'est mieux. Ne les passez pas à l'aspirateur: incapable de filtrer les micro-particules, il diffuserait immédiatement les pollens dans l'atmosphère de votre logement!
  2. Ensuite brossez-vous les cheveux, qui captent toutes les particules fines.
  3. Pour finir, lavez-vous les mains, ou prenez carrément une douche.
  4. Les jours de vent, n'ouvrez pas vos fenêtres.
L'objectif est simple: débarrasser votre habitation d'autant de particules de pollen que possible. Surveillez aussi les périodes d'émissions de pollen. Si par bonheur, vous n'êtes sensible qu'à un seul arbre, à la pollinisation courte, votre supplice sera de courte durée.

Qui peut être médecin allergologue?

La sécurité sociale ne reconnaît pas l'allergologie comme une spécialité médicale à part entière. Il existe donc deux types de médecins allergologues:
  • les médecins généralistes ayant obtenu un diplôme d'allergologie en plus de leur diplôme de médecine générale; ils sont considérés par la Sécurité Sociale comme "médecins à exercice particulier",
  • les médecins spécialistes, reconnus comme tel par l'Assurance Maladie, qui passent le diplôme d'allergologie en plus de leur spécialité: pneumologue, dermatologue, ORL...

Quel médecin choisir?

Dans la mesure où vous devrez passer par un médecin traitant pour que les consultations de spécialistes soient bien remboursées par l'Assurance Maladie et votre Mutuelle, mieux vaut choisir un médecin généraliste et allergologue comme médecin traitant. Celui-ci pourra déjà établir un pré-diagnostic, éventuellement un premier traitement, ou décider de vous orienter vers un spécialiste compétent pour affiner le diagnostic. D'autre part, un médecin traitant allergologue pourra vous apporter un meilleur suivi, ayant été formé à cette discipline spécifique.

L'homéopathie face à l'allergie

Cette médecine douce partage tout le monde: patients, et médecins. Mal remboursée, voire pas du tout, par l'Assurance Maladie, elle n'est pas toujours bien remboursée par les mutuelles complémentaires: tout dépend des compagnies d'assurance et du niveau de contrat santé individuel souscrit. Quoi qu'il en soit, il existe des produits homéopathiques très efficaces chez certains sujets. Parmi eux un médicament homéopathique élaboré à partir d'une espèce de cafard asiatique. Pour les détracteurs, l'homéopathie ne fonctionne que grâce à l'effet placebo. Ce à quoi on peut répondre que les animaux, soignés avec succès par l'homéopathie, ne connaissent pas l'effet placebo (comportement induit par l'auto-suggestion, donc la parole et la pensée).

Quelques chiffres sur l'allergie

La France compte quelques 20 millions de personnes sujettes à des allergies. Soit le 1/3 de sa population. Mais elle ne compte que 1 700 praticiens formés à cette discipline médicale. Un chiffre qui paraît de plus en plus en faible, quand le taux de sujets déclarant une allergie à l'âge adulte augmente de façon exponentielle, avec des incidences de plus en plus lourdes. La pollution est largement mise en cause comme facteur déclenchant des allergies retardées, et aggravant de terrains allergiques latents.

Le mot du comparateur de mutuelle santé complémentaire

Voici quelques liens utiles si vous êtes victime d'allergie: