2008: Nouveaux dispositifs Sécu

Le trou de la Sécu continue de déraper : sans rien changer, il serait de 12,7 milliards d'euros soit 400 € par salarié. Le gouvernement veut réduire ce déficit à 8,9 milliards d'euros en 2008.

2 catégories de solution

Face à ce problème, il n'existe que 2 catégories de solution:

  • augmenter les cotisations (la CSG est la principale) au risque de réduire le pouvoir d'achat,
  • diminuer les dépenses au risque de réduire l'égalité d'accès aux soins.

Le gouvernement a clairement choisi son orientation avec une option fortement marquée sur la diminution des dépenses:

  • augmentation des cotisations,
  • diminution des dépenses,
  • améliorations pour l'assuré social.

Au chapitre augmentation des cotisations

Les stock options seront taxées, mais cela ne représentera que 0,25 milliards d'euros, soit une "bricole" pour combler le trou! Les 8,9 milliards non financés viendront s'ajouter à la dette du pays.

Au chapitre diminution des dépenses

Les diminutions de remboursement

  • franchise de 2 euros par transport sanitaire
  • franchise de 0,50 euro par boîte de médicament
  • franchise de 0,50 euro par acte de kiné, infirmière, labo, radio

Les bénéficiaires de la CMU-complémentaire, les femmes enceintes et les moins de 18 ans y échapperont, soit 15 millions de personnes.
Pour tous, ces franchises ne pourront pas dépasser 50 € par an.

Ces franchises rapporteront une économie de 0,85 milliards d'euros.

La bonne gestion des hôpitaux

Les soins hospitaliers (hôpitaux publics et cliniques privées) représentent 50 % des dépenses de santé. Le gouvernement veut accélérer la réalisation de 2 grands projets:

  • payer les hôpitaux à l'acte dans le but d'atteindre les mêmes coûts de fonctionnement que les cliniques privées pour les actes médicaux classiques, tout en gardant une enveloppe financière nécessaire pour financer ce qui relève du service public telles que les urgences et les pathologies lourdes.
  • regrouper et rationaliser les établissements de soins afin de leur permettre d'atteindre la taille critique nécessaire tant pour la qualité des soins que pour une optimisation des couts.

Toutefois, ce projet a déjà passé plusieurs gouvernements successifs de gauche comme de droite sans vraiment aboutir à l'objectif visé.

De nombreuses contraintes s'opposent

... Et les politiques ont du mal à choisir:

  • le regroupement des hôpitaux entrainent nécessairement des fermetures dans de petites villes,
  • le paiement à l'acte entraine des problèmes de financement des hôpitaux les moins performants et l'obligation de productivité fait craindre à certains la baisse de la qualité des soins.

Grands projets de réforme 2008

Le gouvernement veut mettre sur la table l'organisation de l'offre de soin en France. Au menu:

  • liberté d'installation des médecins,
  • numérus clausus des Pharmacies

Les améliorations pour l'assuré social

Dans ce paysage d'économies, il existe néanmoins des plus:

  • les congés maternité des TNS seront alignés à 14 jours sur celui des salariés,
  • les praticiens pratiquant des dépassements devront faire des devis pour acceptation par les malades,
  • la lutte contre Alzheimer, le cancer et les soins palliatifs se verront attribuer un budget supplémentaire de 0,85 milliards d'euros.

Réaction des Mutuelles et Assurances complémentaires

La plupart des contrats d'assurance complémentaire santé rentre dans le cadre dit "solidaire" et ne prendront pas en charge ces nouvelles franchises. Les autres mesures n'entrainent que peu d'impact.