Affaire du Furosémide Teva

affaire furosémide
L'Agence du médicament a lancé vendredi une procédure de rappel concernant deux lots de Furosémide, du laboratoire Teva. Une erreur de conditionnement, à savoir le remplacement du diurétique par un somnifère, a été décelée sur deux lots du médicament générique. Le décès dès le lendemain d'un nonagénaire marseillais qui prenait ce traitement accélère l'enquête...

Le Furosémide Teva 40 mg lui avait été prescrit il y a une dizaine de jours. L'homme de 91 ans a été retrouvé chez lui sans vie, après avoir absorbé des comprimés de l'un des lots concernés par le rappel.

Un somnifère à la place d'un diurétique

Les médicaments diurétiques soignent l'hypertension artérielle, ainsi que les œdèmes. Un arrêt brutal de ce médicament peut donc provoquer le développement de ces derniers: l'homme décédé présentait un œdème pulmonaire.

Les enquêteurs se rendent aujourd'hui, lundi 10 juin, dans l'usine Teva de Sens, afin de trouver une explication à cette erreur. La piste d'un acte de malveillance n'est donc pas exclue.

Les lots rappelées sont le Y175 (expiration le 08/2015) et le Y176 (expiration le 08/2015). Selon l'Agence du médicament, 95 000 boîtes sont concernées par lot. Teva estime quant à elle son nombre à "quelques centaines". Un numéro vert a été mis en place: 0800.51.34.11.

Le mot de votre comparateur de mutuelles

L'affaire du Furosémide Teva ne va pas être en faveur de la publicité médicaments génériques. Si l'État prône les génériques, c'est parce que ces derniers permettent à l'Assurance Maladie de réaliser de fortes économies. L'enquête devrait permettre de révéler les circonstances exactes de cette erreur.