Les français ont confiance en leurs médicaments

confiance médicament france
Selon un sondage de l'Ipsos* pour le Leem (Les entreprises du médicament), les français accordent de plus en plus de confiance en leurs médicaments. Une situation qui pourrait s'avérer contradictoire face aux récents scandales.

Les scandales des pilules de 3ème et 4ème génération, et celui du Médiator, auraient pu avoir un effet mutuel important sur la consommation de médicaments et sur la confiance qui leur est accordée. Il n'en est rien... même après la publication du livre sur les médicaments inutiles ou dangereux.

Une consommation importante

Début 2013, 87% des français déclarent avoir confiance en leurs médicaments. En 2011, ils n'étaient que 82%. Chez les médecins généralistes, ce taux atteint 94%. L'efficacité est le premier critère (43% des personnes le cite), devant l'expérience personnelle.

Historiquement grands consommateurs, la consommation annuelle de médicaments a baissé pour la première fois en 2011. Mais presque un français sur deux (43%) prend des médicaments tous les jours, et 66% au moins une fois par mois.

L'infirmation assurée?

Il semblerait que les pharmaciens informent mieux que les médecins (68% des pharmaciens délivrent une information suffisante contre 64% des médecins). Mais les français ne s'arrêtent pas là et 64% recherchent plus d'information: 48% lisent la notice, 46% se renseignent sur le web.

Besoin de repères?

On se rend compte qu'un médicament inspire plus confiance lorsqu'il est cautionné par un acteur comme les pouvoirs publics, le médecin, ou encore la marque: sans l'un d'eux, le taux de confiance baisse:

  • 66% pour les médicaments sans ordonnance (automédication);
  • 70% pour les médicaments génériques;
  • 74% pour les médicaments non remboursés.

Les marques sont un gage de qualité pour les français (qui se méfient encore des génériques). Pourtant, 90% des français affirment que l'objectif premier des laboratoires est le profit: ils ne développeraient que des médicaments rentables pour 83% des personnes interrogées.

Le mot de votre comparateur de mutuelles

Malgré toute la confiance accordée, les français ne semblent pas vouloir se mettre à acheter des médicaments sur internet (11% à peine). Ils ne sont pas prêts à pratiquer l'automédication, l'absence de conseil de la part d'un professionnel ne les rassurant pas.

Autre facteur: sans ordonnance, aucun remboursement des médicaments achetés sur internet n'est possible. Ni assurance maladie, ni mutuelle, ne prendront en charge un médicament acheté sur internet.

* Une étude réalisée sur un échantillon de 1 002 personnes et de 503 médecins généralistes.