Dépassement d’honoraire: pas d’accord mutuel

Dépassement d'honoraire: médecine à prix d'or
Les dépassements d'honoraires de certains professionnels de santé sont au cœur du déficit de l'assurance maladie. Dénoncée depuis longtemps par les patients, mais aussi les mutuelles et même l'assurance maladie, cette pratique ne cesse de se développer. Les négociations engagées le 15 octobre 2012, ont abouti... à rien. Un refus de participer à l'effort de restriction de nos dépenses qui se compte en milliards d'euros, chaque année...
Souhaitées par le gouvernement actuel comme le précédent, la réduction et la maîtrise des dépassements d'honoraire sont un sujet régulièrement ramené sur la table des négociations entre les principaux acteurs de notre protection maladie: représentants des organismes de complémentaire santé et mutuelle, Sécurité Sociale et bien entendu représentants des professionnels de santé.

2,4 milliards chaque année, dont 1/3 payé par les mutuelles

Et on comprend la raison: cette part d'honoraires atteint 2,4 milliards d'euros, chaque année. Rappelons qu'il s'agit de la part non remboursée par l'assurance maladie, mais que les mutuelles prennent en charge à hauteur d'un tiers. Le reste étant à la charge des patients. Les "spécialistes" du dépassement sont notoirement les chirurgiens, les gynécologues et les ophtalmos. Tous spécialistes confondus, ils sont 41% à se partager le magot. La Ministre Marisol Touraine a dédramatisé lors du congrès de la Mutualité de Nice: "...on a fait les deux tiers du chemin, ... laissons les discussions se poursuivre". Reste que ces négociations, régulièrement évoquées par votre comparateur DevisMutuelle.com, sont entamées depuis longtemps: il faudrait enfin parvenir à un accord mutuel. Face à la dette, il y a "urgence", et on n'arrête pas de nous le répéter!

Combien la mutuelle rembourse-t-elle les dépassements?

Quelques chanceux ayant souscrit une bonne mutuelle peuvent compter sur un dépassement d'honoraire remboursé en totalité par leur complémentaire... si le dépassement ne dépasse pas le plafond de remboursement fixé par la mutuelle.

Dépassements, hausse des mutuelles et accès aux soins

Chose étrange et curieuse, de nombreux spécialistes ne "dépassent pas le dépassement" maximum fixé par la plupart des mutuelles. Une sorte de tacite convention? De là à supposer que ces médecins spécialistes sont plus au courant des conditions de votre mutuelle, que vous-même, il n'y a qu'un pas. De là à supposer qu'ils contribuent très largement (et sans aucune retenue) à la hausse de nos cotisations de mutuelle santé, le 2ème pied rejoint le premier, et il n'y a plus qu'à sauter à pieds joints dans le précipice des abus du système de l'assurance maladie et des complémentaires santé, au profit de certains... mais surtout au détriment des assurés qui voient leur accès aux soins se réduire comme peau de chagrin.

Supprimer le remboursement par les mutuelles pour réduire les dépenses?

Une hypothèse qui rejoint le discours de l'opticien Alain Afflelou, dans son réquisitoire sur le prix excessif des lunettes, dû, selon lui, au remboursement par les mutuelles complémentaires en optique .

Faire jouer la concurrence en attendant le secteur 4?

Les tarifs de dépassements de certains professionnels de santé creusent l'écart entre ceux qui ont les moyens de se soigner et ceux qui ne les ont pas. Certains seulement, car ne l'oublions pas: il existe aussi des médecins et même des spécialistes, excellents professionnels, qui respectent des tarifs décents, et accessibles! En attendant la mise en place du secteur 4 envisagé comme une solution possible, prenons les devants: demander les tarifs des professionnels de santé et faire jouer la concurrence en les comparant, c'est possible. D'autant plus que ces derniers ont obligation d'indiquer leurs tarifs de consultation et d'actes.

Le mot du comparateur DevisMutuelle

Sans revenir au paiement en poule et en œufs et au bon docteur Baker de la Petite Maison dans la Prairie, on aimerait un peu plus "d'éthique financière" de la part de professionnels qui prêtent le serment d'Hippocrate avant d'entrer dans leur fonction. Outre qu'ils scient la branche sur laquelle ils sont assis, ce sont des acteurs majeurs dans la réduction de l'accès aux soins qui atteint de plus en plus de personnes. À trop vouloir exploiter (épuiser?) la poule aux œufs d'or, c'est bien d'œufs normaux qu'ils devront un jour se contenter... D'un autre côté, peut-on leur demander de bien se comporter alors que tant d'excès ont cours par ailleurs? Entre les salaires absolument mirobolants de certains sportifs ou d'autres célébrités, et les dévoiements financiers de bandits en col blanc qui ont creusé le lit de la crise actuelle, pourquoi les médecins devraient-ils avoir plus de limite morale que les autres?

Imposer si l'accord mutuel est impossible?

Quant aux pauvres assurés, ils doivent sans doute s'interroger: pour quelle raison nos gouvernements successifs ne sont pas parvenus à imposer une règle stricte, définie, et définitive, autant qu'ils savent nous imposer des déremboursements à la chaîne, des hausses de csg et autres taxes en tout genre, y compris une hausse de taxe sur la bière...?