Furosémide: une maladresse humaine

affaire furosemide teva
Affaire classée sans suite: le comprimé de Zopiclone retrouvé dans une tablette de Furosémide est en réalité une erreur humaine. Une dame âgée aurait échangé les comprimés par inadvertance, en rangeant ses médicaments.

L'affaire du Furosémide fini bien: les recherches approfondies au sein du laboratoire Teva n'ayant rien donné, le parquet a décidé de clore le dossier. Il a conclu qu'il ne pouvait s'agir que d'une erreur de la part de la personne âgée ayant alerté son pharmacien.

Teva hors de cause

La dame de 76 ans, vivant à Saint-Malo, aurait repositionné par inadvertance un comprimé de Zopiclone dans une boîte de Furosémide. Elle a en effet l'habitude de sortir tous ses médicaments puis de les ranger dans un pilulier, ceux en trop étant replacés dans leur plaquette d'origine.

Elle avait ensuite donné l'alerte à son pharmacien, pensant qu'il pouvait s'agir d'un échange lors du conditionnement du médicament. Cette dame, de bonne foi, ne sera pas poursuivie par la justice. Les lanceurs d'alertes ne doivent en effet pas se sentir en danger lorsqu'ils partagent leurs inquiétudes.