La cigarette : bientôt vaccinés !

Bonne nouvelle pour les fumeurs qui souhaitent arrêter le tabac : ils pourraient bientôt cesser de fumer grâce à un simple vaccin ! C'est la seconde fois qu'un vaccin de ce type est mis au point. La première fois, l'expérience avait échoué car le placebo s'était révélé aussi efficace que le produit testé. Cette fois-ci, les chercheurs sont optimistes : pour eux, le vaccin est au point. Devismutuelle.com, votre comparateur de mutuelle, vous en dit plus.

Premier vaccin anti-tabagisme

Malgré une baisse de la consommation de cigarettes, le nombre de fumeur et le nombre de décès directement liés au tabac demeure très élevé. Pourtant de nombreux fumeurs tentent de se débarrasser de leur addiction mais sans succès. Cette bataille acharnée contre la nicotine a un nouveau challenger le vaccin SEL-068 ! C'est l'entreprise Selecta Biosciences, basée à Boston (États-Unis), qui vient de mettre au point ce vaccin. Avec une approche radicalement différente des traitements classiques, celui-ci est censé censé guérir la dépendance au tabac.

C'est la première fois qu'un produit comportant des antigènes entièrement artificiels est testé sur l'espèce humaine. Les résultats de la phase initiale du test clinique, qui vise à s'assurer de l'innocuité du vaccin pour l'homme, devraient paraître cet été. Si le vaccin est bien toléré, les tests seront poursuivis afin d'établir de façon définitive l'efficacité du produit.

Comment ça marche ?

Le vaccin neutralise la nicotine dans le sang avant qu'elle n'arrive au cerveau. Cette molécule, minuscule, passe facilement les barrières naturelles pour atteindre le cerveau. En gros, il s'agit de la rendre visible, afin qu'elle soit reconnue par le système immunitaire. Pour cela, on associe à la nicotine une fraction inactive de virus pour provoquer une réaction immunitaire : la production d'anticorps anti-nicotiniques.

Lorsque la personne est immunisée, la nicotine se lie aux anticorps. Ce complexe est alors trop gros pour franchir la barrière encéphalique. La quantité de nicotine pénétrant dans le cerveau est ainsi beaucoup plus faible, ce qui entraîne une diminution du plaisir lorsque la personne fume.

Le vaccin : énième méthode pour arrêter de fumer ?

Les méthodes de sevrage tabagique habituelles, telles que les patchs ou les gommes à mâcher, agissent sur le même modèle : elles délivrent des doses de nicotine de plus en plus faibles, afin d'habituer le corps à s'en passer définitivement. Ces techniques ne sont pas très efficaces, notamment sur le long terme.

Le vaccin SEL-068, en revanche, permettrait de stopper net les effets de la molécule active.

Les limites du vaccin

Peter Keller, vice-président de Selecta, reconnaît néanmoins les limites de ce vaccin. En effet, si un patient décidait de fumer un gros volume de cigarettes en dépit du vaccin, les anticorps pourraient tous être mobilisés et la nicotine libre franchiraient à nouveau la barrière encéphalique pour atteindre les récepteurs nicotinique et rendre ainsi inefficace le traitement.

Ainsi l'envie de fumer n'est pas réellement annihilée avec ce vaccin, mais fumer ne satisfait plus ce besoin. La piqûre n'est donc pas magique, elle devra s'accompagner d'une volonté réelle d'arrêter de fumer !