Les chiffres du médicament en 2011

Le déremboursement fait économiser les mutuelles
Comme tous les ans, la mutualité française fait la synthèse des ventes de médicaments dans l'hexagone. Consomme-t-on plus ou moins de médicaments? Quels furent les impacts des derniers déremboursements? DevisMutuelle, votre comparateur de mutuelles et de complémentaires santé, analyse pour vous les chiffres clés de cette étude.

Le marché du médicament stagne depuis trois ans. En 2011, 2,9 milliards de boîtes de médicaments ont été vendues pour un montant global de 30,1 milliards d'Euros. Dans cette somme, comptez 28,1 milliards de médicaments prescrits, et 2 milliards de non prescrits. On ne s'étonnera alors pas d'apprendre qu'il s'agit du premier poste de dépense pour les mutuelles, avec 3,1 milliards d'euros de dépenses en 2011.

Stagnation du marché de l'automédication

Dans ce contexte, on comprend alors pourquoi les mutuelles favorisent l'automédication. En effet, hormis les quelques offres de complémentaires santé qui proposent un forfait d'automédication, les médicaments achetés sans ordonnance sont à la charge intégrale de l'acheteur. Du pain béni pour la sécurité sociale et les assurances santé.

Effet limité du libre accès au médicament

L'accès libre à certains médicaments en 2009 n'a pourtant eu qu'un impact très limité. En 2011, la vente de médicaments en automédication a généré un chiffre d'affaire de 1,982 milliards d'euros, c'est un million de moins qu'en 2009.

Faible croissance du marché des médicaments génériques

L'usage des médicaments génériques permettent des économies substantielles. Que ce soit pour la sécurité sociale, comme pour les mutuelles santé ou les assurances complémentaires santé, les économies réalisées sont loin d'être négligeables.

Croissance en chiffres

Si en 2011, le marché des génériques a cru de 1,5% en 2011 par rapport à 2010, ce même marché avait bien plus progressé les années précédentes (10,4% en 2010; 7% en 2009; 10,3% en 2008; 22% en 2007). La mutualité française alerte les pouvoirs publics sur cette faible croissance et tente d'en déterminer la cause.

Une solution possible

Une piste envisagée serait l'utilisation plus importante de la mention NS (Non Substituable) dans les prescriptions des médecins. Cependant des études divergent. Les mutuelles soulignent également le possible impact négatif du rapport de l'Académie Nationale de Médecine : "Place des génériques dans la prescription" du 15 février 2011 qui pourrait immiscer le doute quant à la qualité et l'efficacité de ces médicaments.

Le marché du médicament générique de 2006 à 2011

Rappelons que le marché des génériques grossit naturellement lorsque des molécules tombent dans le domaine public. En 2012, c'est notamment le cas de l'atorvastatine (un hypocholestérolémiant), la quatrième molécule la plus remboursée par les mutuelles en 2011 (48 millions d'Euros de remboursements). De nouvelles économies en perspective !

Les impacts du déremboursement par la sécurité sociale

Pour rappel, il existe deux types de déremboursement:

  • Dans le premier cas, l'Etat décide de moins rembourser un médicament; c'est donc aux mutuelles de prendre en charge la partie non remboursée.
  • Dans la seconde situation, l'Etat décide de ne plus rembourser du tout un médicament, et de fait, les assurances complémentaires santé ne rembourseront plus ce médicament également.

De déremboursement en déremboursement

2011 fut une grande année de déremboursement par le régime obligatoire de la sécurité sociale. Le taux de remboursement par la sécurité sociale des médicaments à vignette bleue est passé de 35% à 30%. Cette baisse a été compensée par les mutuelles et les complémentaires santé (pour ceux qui en ont une).

Par la suite, deux vagues de déremboursement ont été notées en décembre 2011 et en mars 2012: elles pourraient générer jusqu'à 280 millions euros d'économies. D'ores et déjà, sur l'année 2011, l'assurance maladie à économiser 333 millions d'Euros sur les médicaments !

En conclusion

On peut s'attendre à un report des prescriptions vers des médicaments mieux remboursés, ce qui limiterait les économies, tant pour l'assurance maladie que pour les mutuelles.

Satisfaite du déremboursement de ces médicaments à SMR (Service Médical Rendu) insuffisant, la mutualité souhaite que la sécurité sociale aille plus loin en supprimant la vignette orange. Ainsi, elle n'aura plus à prendre en charge le remboursement des médicaments dont la HAS a établi qu'ils ont un SMR faible.

Rappelons qu'en fin 2011, le taux de taxe sur les contrats responsables est passé de 3,5% à 7%. En résumé, cette année, votre mutuelle coûtera plus chère et vous remboursera moins !

source: Mémento du médicament 2012, Mémento du médicament 2011, Mémento du médicament 2010