Obama / Romney: la santé en jeu

Elections présidentielles aux USA et réforme santé
Au-delà du symbole que représente le président Obama, 1er noir américain à occuper la Maison Blanche, c'est aussi le symbole d'une avancée sociale majeure pour bon nombre d'américains qui va se jouer cette semaine: la loi sur l'assurance santé obligatoire pour tous, et subventionnée pour les faibles revenus. Rappelons que les USA sont LE pays de la mutuelle facultative, puisque souscrire une mutuelle était l'unique moyen d'avoir une protection santé dans cette fédération.

En effet il n'existait aucun système de protection sociale à la française, couvrant un minimum de dépenses d'assurance santé, comme chez nous. Pour les américains, avant Obama, trois alternatives:

  • souscrire une mutuelle, toujours très coûteuse,
  • ne pas souscrire de mutuelle santé, mais prendre le risque d'être ruiné en cas de maladie ou d'accident grave,
  • ne jamais être malade ni accidenté.

On comprend la ferveur religieuse des américains: avec ces 3 choix, mieux vaut prier Dieu qu'il vous garde en bonne santé! Et on comprend aussi l'enjeu de la réforme Obama, pour les plus démunis, et pour les classes moyennes.

La réforme Santé vue par Obama

C'est contre ceci que le Président Obama a voulu une assurance santé obligatoire pour tous: la loi "Affordable Care Act" couvre cette réforme, tentée dès le début de son mandat. Aussi appelée ObamaCare, elle apporte une solution santé mutuelle pour de nombreuses personnes à la merci des grâces du Seigneur, et n'ayant pas profité des grâces de la Grande Finance.

Mais d'espoirs en déconvenues successifs, la réforme du système d'assurance maladie a du mal à trouver sa place aux Amériques: entre les opposants au nouveau système d'assurance santé imaginé par le président Obama, et la victoire de cette mutuelle obligatoire devant la Cour Suprême qui en validait les principales dispositions 2 ans après, l'assurance santé à l'américaine reste dans une situation précaire.
Au pays où la Finance est reine, le vent de la réforme sociale souffle un vent glacial qui gèle les bonnes intentions en faveur d'une mutuelle obligatoire pour tous.

L'assurance santé compromise avec les élections

Principal argument des opposants: le financement du volet social de cette mutuelle obligatoire. Car comme chez nous, il faut bien que quelqu'un paie pour ceux qui n'en ont pas les moyens.

Dans le projet du candidat Barack Obama, l'assurance santé devrait ouvrir ses portes à 17 millions de personnes supplémentaires. Une charge d'abord assumée par l'État Fédéral, puis reportée sur les États. Lesquels ne seront (actuellement) pas tenus d'accepter suivant les décisions de la Cour Suprême. C'est le pari de Obama pour un 2ème mandat: faire baisser les coûts de la Santé, et aider plus de personnes.

Dans la vision du candidat Mitt Rommey, pas question de pénaliser ceux qui ne souscriraient pas à l'assurance-santé obligatoire. S'il garde le principe d'une assurance santé obligatoire (il faut bien préserver les voix des 16 millions d'américains concernés), en revanche, il prévoit un allègement fiscal pour ceux qui achèteraient volontairement leur assurance santé obligatoire, s'ils n'ont une mutuelle employeur. Quant à Medicare (la mutuelle des personnes âgées de plus de 65 ans), des forfaits seraient instaurés, et proposés par compagnies d'assurance santé privées. Les seniors achèteraient leur assurance maladie en fonction de leurs moyens.
La vision de Mitt Romney, l'homme d'affaires, s'éloigne donc de la vision solidaire de Barack Obama, l'homme de Droit. Laquelle gagnera? Verdict dans quelques heures...

Le mot du comparateur de Mutuelle

Notons au passage que pour les seniors, la France n'est pas loin d'une gestion à la Romney pour ce qui est des seniors, qui ont les plus grandes difficultés à souscrire une mutuelle complémentaire, très onéreuse, quand ils parviennent à trouver une compagnie qui assure les seniors...