Pacte territoire santé: résumé et analyse

Hier, la ministre de la santé a donné ses 12 engagements en faveur de la santé. Objectif: lutter contre les déserts médicaux en mettant l'accent sur les jeunes médecins, en investissant dans les régions les plus démunies médicalement, et en transformant les conditions d'exercice des professionnels de santé.

Les mesures contre les déserts médicaux ont été annoncées hier, jeudi 13 décembre 2012. 12 points, qui ne font pas forcément l'unanimité, sur lesquels revient votre comparateur de mutuelles, DevisMutuelle.

Les jeunes médecins au centre des préoccupations

Salaire assuré pour 200 médecins

En 2013, 200 médecins devraient s'installer en zones isolées. Ils bénéficieront d'un salaire minimum de 4 600 € net par mois, afin de les rassurer. Mais pour les médecins, le salaire n'est pas vraiment un argument, quand on sait qu'un généraliste gagnait en moyenne 6 150€ par mois.

Stages en médecine générale obligatoires

En théorie, cette obligation existe déjà, mais elle n'est pas respectée par un étudiant sur deux. D'une durée de 3 à 6 mois, ces stages ont pour objectif d'éveiller les vocations de généralistes. Par ailleurs, la ministre souhaite que les étudiants soient préparés à la gestion d'un cabinet médical.

Une idée certes, mais sera-t-elle vraiment suffisante pour pousser les jeunes médecins à s'installer en libéral? Rien n'est moins sure. Et si c'est le cas, rien ne dit qu'ils iront dans les endroits qui ont le plus besoin d'eux.

Des bourses de santé publique

D'ici 2017, 1 500 bourses seront débloquées pour les étudiants et internes qui s'engageront à s'installer dans un désert médical. Cette bourse ne concernera pas uniquement les médecins généralistes, mais aussi les spécialistes. Le montant n'a pas encore été indiqué par la Ministre.

Un "référent d'installation" dans chaque région

Une seule et unique personne se chargera de l'information auprès des jeunes médecins, afin de les convaincre et de les aider à s'installer dans les endroits les moins médicalisés.

Travail mutuel: assurer de meilleures conditions d'exercice

Soutenir le travail en équipe

Pour améliorer la prise en charge des patients, l'ensemble des corps de médecins doit travailler ensemble. Un travail mutuel qui passe par la mise en commun des moyens de travail, comme un secrétariat par exemple.

Une rémunération forfaitaire pour le travail de proximité en équipe va passer à 7 millions d'euros, puis à 30 millions d'euros en 2014.

Transfert de compétences

Travailler ensemble sera l'occasion pour les différents spécialistes de transmettre des compétences afin de soulager leur charge de travail. Par exemple, les médecins pourront former des infirmiers, les ophtalmologues des orthoptistes...

Vers la télémédecine

Dans certains secteurs, on verra se développer la télémédecine. En dermatologie par exemple, ou encore dans les maisons de retraite ou pour des surveillances cardiologiques. Certaines visites de routine ou diagnostic peuvent en effet être réalisés sans pour autant que le médecin se déplace, un gain de temps indéniable.

Rapprochement mutuel entre maisons de santé et Universités

L'objectif est de pouvoir former les médecins ailleurs qu'à l'hôpital, dans des maisons de santé par exemple. Aider les centres et les hôpitaux à se rapprocher et à renforcer des "partenariats", aideront, selon la ministre, à lutter contre les déserts médicaux.

Des investissements dans les déserts médicaux

Développement des urgences et des lieux de soin

Plus de SAMU, SMUR et héliports

Promesse de campagne de F. Hollande, chaque français devra pouvoir accéder à des soins d'urgence en moins de 30 minutes d'ici 2015. Pour cela, pas d'autres solutions que de développer des moyens hélico-portés, des antennes du SMUR ou encore des médecins du SAMU.

Création de centres de santé

Des centres de santé doivent être développés dans les zones les plus sous-dotées en médecins, où les médecins y seront salariés.

Mobilité des professionnels de santé

Rôle des hôpitaux de proximité

Les hôpitaux de proximité doivent jouer un rôle plus important, avec l'aide des grands CHU. Des assistants pourraient par exemple pouvoir être détachés vers un hôpital de proximité.

Des salariés dans le libéral

Des médecins en centre hospitalier pourront travailler à raison d'un ou plusieurs jours par semaine dans des centres libéraux, sans pour autant perdre leur statut. Une sorte de médecin volant, pour renforcer les effectifs dans les déserts médicaux.

Le mot de DevisMutuelle, comparateur de mutuelles

Pour beaucoup de médecins, ces mesures ont beau être un début, elles ne suffiront pas à supprimer les déserts médicaux. Pire, elles ne seraient qu'une simple reprise d'anciennes mesures remises au goût du jour, qui s'étaient avérées jusque là inefficaces. Si la liberté d'installation des médecins reste une valeur intouchable, et tout à fait défendable face aux noms des libertés, seul l'avenir nous dira si ces mesures plutôt incitatives suffiront à remplir ces déserts médicaux.

Notre président aurait-il oublié une de ces promesses de campagne? "J'imposerai que le délai d'attente aux urgences à l'hôpital n'excède pas une demi-heure". Il semblerait avoir confondu délai d'attente et temps de transport...

Réduire les délais d'attente aux urgences: plus facile à dire qu'à faire? Mr Hollande serait-il en train de prendre conscience qu'il est bien beau d'annoncer, il faut encore trouver les moyens d'y arriver... Espérons qu'il ne s'agisse pas ici encore d'un effet d'annonce, et que les avancées seront réelles...