Tabac et alzheimer, liaison dangereuse

Voici une nouvelle raison d'arrêter de fumer: une étude anglaise démontre que la consommation de tabac augmenterait les risques de développer la maladie d'Alzheimer. Si le risque de cancers du poumon et du palais, le vieillissement de la peau, le pourrissement des dents et les risques d'infarctus ne vous avaient pas convaincu, lisez les précisions de DevisMutuelle, votre comparateur d'assurance complémentaire santé. Vous jetterez peut-être enfin votre paquet de cigarettes!

Une étude médicale surprenante

Une équipe de chercheurs de l'Université de Londres vient de publier les résultats d'une enquête de longue haleine: pas sur celle des fumeurs, mais sur les risques de maladies graves encourus. Durant 25 ans, ils ont étudié 10 000 sujets, d'âge moyen de 56 ans (au début du test), fumeurs et non fumeurs.

Résultats étonnants: le tabac consommé régulièrement accélèrerait le vieillissement des cellules cognitives (de l'intellect). Par extension, la cigarette aurait, à terme, un effet néfaste sur les capacités intellectuelles des fumeurs, augmentant les risques de contracter la maladie d'alzheimer.

Assurez votre cerveau, ne fumez plus

La baisse des capacités intellectuelles est inhérente à la vieillesse, et vouloir y échapper relève de l'utopie. Cependant, afin de préserver mutuellement vos facultés intellectuelles et le capital santé de votre organisme, vous pouvez déjà remiser votre briquet au placard.

En effet, l'enquête montre que la vitesse de vieillissement du cerveau des fumeurs est sans commune mesure avec celle des non fumeurs. De même, les sujets qui fument de façon régulière jusqu'à 45 ans présentent les mêmes troubles que ceux qui n'ont jamais quitté cette mauvaise habitude.

Seuls les ex-fumeurs de longue date, ceux qui ont su s'arrêter à temps, ne présentent pas plus de déficit intellectuel que les non fumeurs.

L'homme plus touché que la femme

L'aspect le plus surprenant de cette étude, c'est que ce vieillissement des cellules cognitives ne semble frapper que les hommes. Les femmes seraient donc épargnées? Sur plus de 2 000 femmes fumeuses testées, aucune n'a présenté les symptômes d'accélération de la sénilité.

Aucune explication n'est encore apportée, mais les femmes sont plus "résistantes" que les hommes. Leur espérance de vie a toujours été plus longue, et elles se montrent moins exposées aux risques d'infarctus ou d'AVC. Le sexe faible n'est pas celui qu'on croit, et les mutuelles devraient prendre en compte cette meilleure résistance au vieillissement. Pourtant, la mutuelle femme est souvent plus chère que la mutuelle pour un homme.

L'assurance prévoyance pour assurer le paiement de certaines dépenses

On n'y pense rarement lors du diagnostic, mais un patient atteint de la maladie d'Alzheimer coûte très cher: aux alentours de 20 000 euros par an. L'Assurance Santé publique remboursant uniquement les soins, plus de la moitié de cette somme est à la charge des proches aidants ou des tuteurs. La mutuelle ne rembourse le complément que pour les dépenses prises en charge par la Sécu. Même si vous avez souscrit un contrat d'assurance complémentaire santé qui offre des extensions ou des garanties supplémentaires (aide à domicile, centre de soins...), votre mutuelle ne pourra pas compléter l'intégralité de vos dépenses.

Afin de pouvoir se faire accompagner, DevisMutuelle vous conseille de souscrire une assurance dépendance, accessible dès 50 ans, ainsi qu'une assurance prévoyance retraite, pour constituer un capital au cas où. D'autre part, certaines mutuelles proposent une petite somme afin de prendre en charge l'aide à domicile nécessaire.

En attendant, bonne santé à tous, et prenez soin de vos poumons !