Flash mob santé pour la réforme Xavier Bertrand

Flash-mob santé pour la réforme xavier bertrand
Suite au scandale du Mediator, qui a coûté la vie a des dizaines de patients, le Ministre de la Santé Xavier Bertrand se penche sur le berceau des laboratoires pharmaceutiques. Et il va soigner le marché de la santé, envahi de trop de médicaments coûteux, dangereux et pas forcément efficaces. Sa réforme devrait permettre d'apporter plus de sécurité aux patients, un meilleur contrôle "sanitaire", et des dépenses de santé mieux utilisées. Ce qui devrait aussi profiter aux mutuelles: plus de médicaments inefficaces, moins d'effets secondaires graves, c'est moins de risque à assurer...

Assurer plus de transparence grâce aux patients

Le ministre veut rassurer les français: plus de transparence, du suivi et de l'information. Et pour cela, il compte sur les patients, en leur donnant les moyens de remonter l'information (effets indésirables, inefficacité du médicament...). Il espère sans doute assainir un milieu médical qui ne joue pas toujours son rôle, influencé par les pratiques de "promotion" des laboratoires et de certains visiteurs médicaux. Le ministre rappelle à cette occasion – et à juste titre – qu'un médicament a un rôle, et n'est pas un vulgaire produit de merchandising destiné à faire du profit. Profit que nous finançons avec la Sécurité Sociale, en faisant courir des risques importants sur la population: malades, et personnes en bonne santé.

Flash mob Santé: votez pour soutenir ce projet de loi

Irène Frachon, la médecin qui a dénoncé le scandale du Mediator, plébiscite ce projet de loi qui va dans le bon sens selon elle. Mais attention: ce n'est encore qu'un projet, qui doit être approuvé en conseil des Ministres. Un projet qui propose aux patients d'être acteurs. Soyons acteur pour que ce projet voie véritablement le jour. Car cette réforme vise un meilleur contrôle des dépenses de santé par un meilleur contrôle des laboratoires. Le comparateur de Mutuelle vous propose d'organiser des Flash mob Santé dans vos villes, dans vos villages, pour soutenir ce projet, et qu'il soit voté. Rendez-vous sur notre page FaceBook pour donner vos dates et vos lieux. Profitons de l'actualité pour faire pression sur les laboratoires (pour une fois).

La réforme: les grands axes

Un peu de "Marketing" santé: lifting de l'AFSSAPS

L'Afssaps est rebaptisée "Agence Nationale de Sécurité du Médicament" (ANSM). Mise en cause par certains (médecins, associations de malades...) dans son rôle de contrôleur et d'expert, elle conserve pourtant sa mission vis-à-vis des produits de santé:
  • maintien de la fonction pharmacovigilance: la surveillance des effets secondaires d'un médicament
  • création d'un département de pharmaco-épidémiologie.

Financement d'État.. payé par les laboratoires

Pour plus de sécurité, elle sera dorénavant financée par l'État, grâce à des taxes et redevances payées par les laboratoires pour l'examen des dossiers des médicaments. Un juste retour des choses: pour une fois, les profiteurs sont les payeurs!

Des experts santé responsables

Le nombre d'experts sera réduit: moins nombreux, ils seront davantage responsabilisés. Ils seront aussi plus impliqués et devront remplir une déclaration d'intérêts, consultable par tout le monde. Avec sanction à la clé en cas de manquement!

Favoriser le back-testing des médicaments

Le ministre souhaite favoriser la pharmacovigileance grâce à l'anonymat pour le médecin qui veut signaler un effet secondaire, pour lui éviter d'éventuelles pressions de certains politiques ou de certains laboratoires. Les patients seront acteurs du circuit de vigilance-santé, avec des moyens de communiquer simples:
  • un numéro vert sur les boîtes de médicaments,
  • un formulaire en ligne sur le site de l'ANSM (ex-AFSSAPS) .

Fin de la sur-abondance de médicaments

Trop de médicaments, pour faire souvent la même chose, ou moins bien: une tendance de "marché de mode" que le Ministre réprouve. Douze mille médicaments remplissent nos armoires à pharmacie. Un petit relooking de boîte, une reformulation de l'existant: et hop, on vous vend 2 à 3 fois plus cher une molécule qui existe depuis longtemps, quand elle n'est pas carrément dans le domaine public (les brevets sur les molécules durent 20 ans).

Efficacité du médicament: preuves à l'appui

Dorénavant, les nouvelles formules devront prouver leur intérêt:
  • être plus efficace que ce qui existe, pour obtenir l'autorisation de mise le marché,
  • réévaluation bénéfice-risque des médicaments actuellement distribués.

Autres scandales de santé

C'est tendance aujourd'hui: une information chasse l'autre, et les français ont la mémoire courte. On parle beaucoup du scandale du Mediator, mais d'autres produits des laboratoires ont eu des conséquences graves sur la santé des gens, et sur le portefeuille du contribuable. Des milliards d'euros qui ont creusé le déficit de la Sécurité Sociale, et fait augmenté le tarif de cotisations des mutuelles et des assurances complémentaires santé:
  • le vaccin contre l'hépatite B, qui a déclenché des scléroses en plaques chez un bon nombre de personnes ; un scandale qu'on tente toujours d'étouffer à grand coups de rapports de recherche,
  • le vaccin contre la grippe A HA N1, avec sa campagne "d'influence" qui a coûté 1 milliard d'euros aux français...
Espérons que cette nouvelle réforme se montre efficace, et permette bientôt de rétablir l'accès aux soins pour un plus grand nombre de personnes, notamment celles qui n'ont pas les moyens de souscrire une mutuelle ou une assurance complémentaire santé, dont les cotisations sont trop chères pour les faibles revenus.