La lutte contre les déserts médicaux débute

désert medical
L'épisode des déserts médicaux n'en est qu'à ces débuts. Les promesses d'appliquer uniquement des mesures incitatives auprès des médecins, et de ne pas toucher à leur liberté d'installation, paraissent désormais bien loin. Des sénateurs présentent ce jeudi 7 février 2013 leurs propositions contre les déserts médicaux, qui ne manqueront pas d'éveiller la colère du corps médical.
Notre ministre de la Santé Marisol Touraine a du pain sur la planche! Entre la polémique des pilules de 3ème génération, et l'étude des propositions de lutte contre les déserts médicaux, la ministre va devoir s'attaquer à des réformes houleuses... 16, c'est le nombre de propositions présentées aujourd'hui devant le Sénat. Votre comparateur de mutuelle, DevisMutuelle.com, vous présente celles qui vont le plus faire parler d'elles.

Les principales propositions

Sacrifier la liberté d'installation

Sans pour autant la remettre en question, la liberté d'installation des médecins pourraient bien en prendre un coup! Plutôt que de leur interdire de s'installer dans des zones à forte densité médicale, ceux qui le souhaiteront se verront exclus de l'Assurance maladie! Autrement dit, leurs patients ne seraient pas remboursés par la sécurité sociale. De quoi assurer des difficultés certaines aux jeunes médecins fraîchement installés. Une mesure du même type existe déjà pour le corps infirmier. Elle a su se révéler efficace, le nombre d'installations dans les déserts médicaux aurait augmenté de 33% entre 2008 et 2011.

Régionaliser le numérus clausus

Aujourd'hui, le numérus clausus sur les médecins est appliqué à l'échelle nationale. Mais une telle mesure ne prend pas en compte les diversités et les besoins spécifiques de chaque région. On pense donc à régionaliser le numérus clausus, afin d'équilibrer le nombre de médecins. En effet, 80% d'entre eux s'installent dans la région où ils ont étudié. De récents rapports pointaient du doigt le manque d'expérience et d'approche du métier de médecin généraliste. Désormais, un stage d'initiation pourrait devenir obligatoire, au travers d'une 4ème année professionnalisante. Ce stage serait réalisé, de préférence, dans un désert médical.

Imposer un service médical obligatoire

Les généralistes ne sont pas les seuls concernés par la possible réforme. Les médecins spécialistes pourraient se voir imposées deux années dans des zones sous-dotées, au sein de petits hôpitaux pour qui le recrutement s'avère très difficile.

Favoriser un travail mutuel

Le gouvernement souhaite d'autre part favoriser le développement de maisons médicales et de pôles de santé. Ces derniers regrouperaient plusieurs corps de métiers, et permettraient de mieux prendre en charge les patients.

Développer de nouveaux modes de travail?

Pour toujours mieux répondre aux besoins, on pense à mettre à profit les nouvelles technologies. Ainsi, pourrait être développée la télémédecine. La responsabilité juridique des médecins exerçant dans ce cadre sera alors réétudiée.

Le mot de DevisMutuelle, votre comparateur de mutuelles

Vous l'aurez compris, ces propositions s'éloignent assez des mesures incitatives du Pacte territoire santé. La consultation sur les déserts médicaux, qui aura duré plus de 8 mois, confirme les premières propositions mais ajoute un volet "répression" qui sera certainement mal accueilli par les étudiants en médecine. Difficile en effet d'assurer les besoins mutuels de chacun, médecins et patients, sans faire de casse.