Red Bull & consors surtaxés pour la santé?

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, propose la création d'une taxe spéciale sur les boissons énergisantes. Motif invoqué: il s'agirait d'une question de santé, avant tout. Mais si on lève le voile, cette "taxe spéciale" ne serait-elle pas davantage une "taxe énergisante" pour le budget 2013 en cours d'élaboration? Le comparateur de Mutuelle offre sa tournée...
Red Bull, Dark Dog, Monster... Les plus connues (mais pas les seules) des marques de boissons énergisantes sont sous les feux de la rampe. Après le doublement de la taxe sur la bière, (sujet évoqué par le comparateur d'assurance KelAssur.com), c'est au tour des boissons énergisantes d'être "dézinguées". Cette fois-ci en revanche, il ne s'agit pas d'une simple hausse de taxe.

À boisson spéciale, taxe spéciale... pour cause de santé publique

40 millions de litres de ces boissons très spéciales courent dans les veines des français. Des boissons excitantes taxées comme un soda ordinaire. À boisson spéciale, taxe spéciale: voici le credo des parlementaires socialistes. Elle s'appliquerait à toute boisson contenant un minimum de 0,22 gramme de caféine et 0,3 gramme de taurine par litre. Son montant, de 0,50 à 2 euros par litre, n'est pas encore déterminé. Principale raison invoquée: on ne connaît pas encore l'impact sur la santé de ces boissons énergisantes (et excitantes). La ministre a d'ailleurs commandé une étude auprès de l'ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire).

Excitantes: une particularité mutuelle à toutes ces boissons

Particularité mutuelle à toutes ces boissons: des composants "très" spéciaux. Taurine, Glucuronolactone, Guarana et Caféïne en grande quantité, qui sont des excitants notoires. Chaque marque y va de sa recette explosive pour vous requinquer en deux/deux. En y ajoutant même une petite proportion d'alcool. Sauf que...

Des boissons dangereuses pour la santé?

Le cocktail, au départ destiné aux sportifs, est particulièrement explosif dans certaines circonstances. Notamment chez les jeunes, car ils mélangent ces boissons avec des alcools forts lorsqu'ils s'adonnent au "binge drinking" (en français: "défonce alcoolique"). Chez nos enfants de 17 ans, 1 sur 2 s'adonne à ce sport d'un genre pour le moins particulier... et dangereux. Certains n'hésitent pas à mettre en cause ces boissons dans les comportements addictifs de ces jeunes, même si aucune étude ne le prouve. Et si le projet de taxe spéciale remet les boissons énergisantes sur les devants de la scène, ce n'est pas la première fois qu'elles le sont. Mais pour d'autres motifs plus sensibles: deux décès suspects en lien avec les boissons énergisantes, suspicions de risques sur les boissons énergisantes, entre autres sujets... Des boissons qui sont restées tout de même interdites de vente en France, pendant 12 ans...

Le mot du comparateur de mutuelles

Le principe de précaution prend une tournure curieuse en France. À l'instar des décisions qui ordonnent le déremboursement de médicaments inefficaces ou dangereux, plutôt que leur retrait des rayons de nos pharmacies, voici venu le temps de la taxe spéciale sur les produits potentiellement dangereux en attendant qu'on ait prouvé qu'ils le soient. À quand la taxe spéciale sur les OGM potentiellement cancérigènes?